Qu’est-ce qu’une expérience causant des contraintes légères ou sévères aux animaux ?

L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires définit le degré de gravité des expériences sur l’animal. Ce degré est d’autant plus haut que la contrainte est sévère. Conformément à l’ordonnance sur l’expérimentation animale (art. 24), les contraintes causées par des interventions ou des mesures effectuées dans le cadre d’une expérience sur des animaux sont classées en quatre catégories. Il s’agit finalement d’évaluer si le bénéfice obtenu justifie la contrainte pour les animaux. Le bénéfice attendu d’expériences sur les animaux doit être plus important pour la société que la souffrance et l’atteinte à la dignité des animaux.

Degré de gravité 0 : absence de contrainte, comme les études observationnelles

Interventions et manipulations sur des animaux dans un but expérimental qui n’occasionnent aux animaux ni douleur, ni mal, ni dommage, qui ne provoquent pas d’anxiété et qui ne perturbent pas leur bien-être général.

Presque la moitié des animaux de laboratoire participent exclusivement à des expériences de degré de gravité 0.

Degré de gravité 1 : contrainte légère

Interventions et manipulations sur des animaux dans un but expérimental qui occasionnent aux animaux des douleurs ou des dommages légers et de courte durée, ou qui perturbent légèrement leur bien-être général.

Degré de gravité 2 : contrainte moyenne

Interventions et manipulations sur des animaux dans un but expérimental qui occasionnent aux animaux des douleurs, des maux ou des dommages soit de degré moyen et de courte durée, soit légers et de durée moyenne à longue, soit une anxiété moyenne de courte durée, soit une perturbation importante et de durée courte à moyenne de leur bien-être général.

Degré de gravité 3 : contrainte sévère, p. ex. transplantations de tumeurs malignes chez des animaux

Interventions et manipulations sur des animaux dans un but expérimental qui occasionnent aux animaux soit des douleurs de durée moyenne à longue et d’intensité moyenne à élevée, soit des maux d’intensité moyenne à grande et de longue durée, soit des dommages importants, soit des dommages de gravité moyenne et de durée moyenne à longue, soit une grande anxiété de longue durée, soit une perturbation importante de leur bien-être général.

Les critères d’interruption constituent également un facteur décisif pour limiter le degré de gravité : les chercheurs fixent précisément quelles contraintes ou quels résultats exigent l’interruption de l’expérience («points limites» de l’expérience)