Faire des expériences sur des animaux, est-ce moral? Dans ce portail thématique, des chercheurs de la Société suisse pour l'étude des animaux de laboratoire donnent leurs réponses à des questions fréquentes.

Image : kwanchaift, stock.adobe.com

L'expérimentation animale donne-t-elle une fausse sécurité?

Pourquoi, malgré les tests de sécurité, les médicaments ont-ils toujours des effets secondaires ?

Toutes les études n'aboutissent qu'à une sécurité relative, et on essaie autant que possible d'évaluer les risques afin de développer un médicament aussi sûr que possible. Une sécurité à cent pour cent ne peut pas être garantie.

Les effets indésirables peuvent également être influencés par le mode de vie. Par exemple, les effets secondaires peuvent être différents chez les patients qui consomment beaucoup d'alcool et chez ceux qui en boivent moins ou pas du tout. Il faut en outre tenir compte des interactions possibles avec d'autres médicaments ou avec d'autres maladies des patients.

La diversité génétique des patients joue également un rôle. Les différences génétiques font que le métabolisme est différent d'une personne à l'autre et qu'une substance active est traitée différemment. Cela peut être la cause d'effets secondaires rares. C'est pourquoi il peut arriver, dans certains cas, que même des médicaments déjà enregistrés présentent des effets secondaires qui n'ont pas été remarqués lors des études cliniques.

Les tests de sécurité dans les essais sur les animaux ne sont qu'une première étape parmi de nombreux tests de sécurité avant l'enregistrement d'un médicament. Ensuite, d'autres tests sur les humains sont réalisés dans le cadre d'essais cliniques. Dans l'expérimentation animale, on teste d'une part le principe d'action pour savoir si un médicament agit réellement et, si oui, comment. D'autre part, on vérifie si une substance active est suffisamment sûre pour être utilisée chez l'homme. Ce n'est qu'après cette phase de test que le principe actif est testé avec précaution chez l'homme, et s'il s'avère efficace et sûr lors des essais cliniques suivants sur des personnes en bonne santé ou des patients, on peut demander l'enregistrement du principe actif en tant que médicament. Ce processus dure généralement de nombreuses années.

Souris de laboratoire dans les mains de la science
Image : Institut für Labortierkunde

L'affaire de la thalidomide ne montre-t-elle pas que les tests sur les animaux donnent une fausse sécurité ?

Aussi bons que soient les tests, on ne peut que réduire le risque d'effets secondaires indésirables. Mais on ne peut jamais les exclure complètement. À la fin des années 1950 et au début des années 1960, de nombreux enfants sont nés avec des jambes ou des bras mutilés après que leurs mères ont pris le somnifère thalidomide pendant leur grossesse. La thalidomide, la substance active du tranquillisant et somnifère thalidomide, a été testée sur des rongeurs avant sa mise sur le marché dans les années 1950.

Les dommages causés par la thalidomide aux embryons humains au cours des premières semaines de la grossesse n'ont pas été détectés lors des tests sur les animaux. A l'époque, les tests standard n'étaient pas encore effectués sur des animaux en gestation. Peu après le scandale de la thalidomide, des essais ont été réalisés sur des lapines en gestation, qui ont entraîné exactement les mêmes malformations que celles observées chez l'homme.

Si la thalidomide avait déjà été testée sur des animaux en gestation, on aurait donc très probablement remarqué les modifications sur les embryons animaux et donc su que la substance provoquait ces effets néfastes sur les embryons. De tels tests (tératologiques) sont aujourd'hui une partie obligatoire du développement préclinique d'un médicament.

Dans les essais cellulaires, la thalidomide n'est pas toxique et ne modifie pas le patrimoine génétique. Avec les méthodes alternatives disponibles aujourd'hui, les malformations n'auraient probablement pas non plus été détectées. Cela explique également pourquoi il n'est pas possible de se passer totalement de l'utilisation d'animaux.