Changement climatique et hydrologie

Tal Gletscher
×
Tal Gletscher
Tal Gletscher

Les quantités d’eau disponibles en Suisse d’ici 2100 vont rester stables. Par contre, la répartition des précipitations au cours de l’année va changer. Les quantités de neige et de glace stockées dans les Alpes vont diminuer fortement. En conséquence, la répartition des débits des cours d’eau va être modifiée. On s’attend à une recrudescence des événements de basses eaux et d’inondations. Par conséquent, les régimes d’écoulement de type glaciaire vont quasiment disparaître.

Changements des régimes d’écoulement de 189 bassins versants de surface moyenne. A gauche: Répartition selon la classification de l’Atlas Hydrologique de la Suisse (HADES) pour la période 1950-1980. A droite: Répartition future des régimes aux alentours de 2085. En bas à droite: Aspect schématique du nouveau régime „pluvial de transition“. Veuillez vous référer au texte et à la classification des régimes de la Suisse (Fig. 2). OFEV 2012.
Changements des régimes d’écoulement de 189 bassins versants de surface moyenne. A gauche: Répartition selon la classification de l’Atlas Hydrologique de la Suisse (HADES) pour la période 1950-1980. A droite: Répartition future des régimes aux alentours de 2085. En bas à droite: Aspect schématique du nouveau régime „pluvial de transition“. Veuillez vous référer au texte et à la classification des régimes de la Suisse (Fig. 2). OFEV 2012.
×
Changements des régimes d’écoulement de 189 bassins versants de surface moyenne. A gauche: Répartition selon la classification de l’Atlas Hydrologique de la Suisse (HADES) pour la période 1950-1980. A droite: Répartition future des régimes aux alentours de 2085. En bas à droite: Aspect schématique du nouveau régime „pluvial de transition“. Veuillez vous référer au texte et à la classification des régimes de la Suisse (Fig. 2). OFEV 2012.
Changements des régimes d’écoulement de 189 bassins versants de surface moyenne. A gauche: Répartition selon la classification de l’Atlas Hydrologique de la Suisse (HADES) pour la période 1950-1980. A droite: Répartition future des régimes aux alentours de 2085. En bas à droite: Aspect schématique du nouveau régime „pluvial de transition“. Veuillez vous référer au texte et à la classification des régimes de la Suisse (Fig. 2). OFEV 2012.

Moins de neige

40 % de l’eau s’écoulant en Suisse sont issus de la fonte des neiges. Avec le changement climatique, cette part va passer à 25 % d’ici 2085. Ceci est dû à l’élévation de la limite des chutes de neige. Un degré de réchauffement représente un déplacement de 150 m de cette limite vers le haut. Cela induit une plus grande part d’écoulement relativement direct, pendant que le stockage d’eau sous forme de neige diminue. Les conséquences pour les débits des rivières de type nival se laissent déjà observer : les pics de débit dus à la fonte des neiges interviennent toujours plus tôt au printemps et tendent à s’estomper.

Augmentation de la variabilité des débits des cours d’eau

Le changement climatique se fait ressentir non seulement par une baisse des quantités d’eau stockées de manière temporaire, mais aussi par un changement de la répartition des précipitations au cours des saisons (les quantités de précipitations annuelles ne devraient pas changer). Ainsi on s’attend à une baisse considérable des précipitations estivales d’environ 20 % d’ici 2085, pendant que les précipitations du semestre hivernal (septembre à février) devraient augmenter légèrement (CH2011, 2011). Ces effets combinés (baisse des réserves, changement dans la répartition et la variabilité des précipitations) vont automatiquement augmenter l’irrégularité des débits. La fréquence des crues devrait augmenter pendant le semestre d’hiver, mais aussi et surtout la fréquence et la sévérité des situations de basses eaux pendant les mois d’été dans les régions déjà sensibles comme le Valais, le Tessin et une partie du Plateau. Sur le Plateau Suisse, un nouveau régime d’écoulement va voir le jour: le régime „pluvial de transition“. Il va se caractériser par un minimum prononcé des débits en fin d’été. Etant donné la recrudescence et la normalisation d’étés caniculaires tels que 2003, ce régime sera particulièrement sujet à des événements de basses eaux.

Des conséquences au-delà des frontières

La fiabilité des cours d’eau comme fournisseurs d’eau va baisser. Les événements extrêmes de basses eaux et de crues vont augmenter selon les saisons et mettre à mal certains secteurs économiques des eaux comme les producteurs d’électricité et la navigation sur le Rhin. Mais ces changements vont toucher également le reste de l’Europe : en effet, les plus grands fleuves d’Europe trouvent leur source en Suisse (Rhin, Rhône, Pô, Danube). Pourtant, comparée à d’autres régions du globe, la Suisse devrait rester relativement épargnée des conséquences néfastes du changement climatique sur la disponibilité des ressources en eau. De plus, beaucoup d’études scientifiques à ce propos existent et des moyens financiers sont à portée de main. Si une volonté politique et de la population sont au rendez-vous, rien ne devrait empêcher la prise de mesures d’adaptation anticipatives et efficaces (OFEV 2012b).

Impacts des changements climatiques sur les eaux et les ressources en eau
  • 2012

Impacts des changements climatiques sur les eaux et les ressources en eau

Dans le cadre du projet «changement climatique et hydrologie» (CCHydro) de l'OFEV, les conséquences du changement climatique sur les ressources en eau de la Suisse jusqu’à l’horizon 2100 ont été analysées en détail.
Nr. 38f  Société suisse d'hydrologie et de limnologie (SSHL) et Commission d'hydrologie (CHy) (éd.), 2011: Les effets du changement climatique sur l'utilisation de la force hydraulique - Rapport de Synthèse.
  • 2011

Les effets du changement climatique sur l'utilisation de la force hydraulique - Rapport de Synthèse

En Suisse, environ 56 pour cent de l’énergie électrique est produite par la force hydraulique. Des modifications induites dans le cycle de l’eau par les changements climatiques doivent donc autant que possible être prises en compte dans la planification à moyen et long terme de la construction et de l’exploitation des installations hydroélectriques.