Le recul des glaciers se poursuit sans relâche

Le volume des glaciers suisses continue de diminuer à l'été 2020. Bien que ce ne soit pas une année extrême, le déclin reste massif et change définitivement l'image des Alpes. Depuis 1960, les glaciers suisses ont perdu tellement d'eau que le lac de Constance pourrait en être rempli, annonce la Commission d'experts sur les réseaux de mesure cryosphérique de l'Académie suisse des sciences naturelles.

L'effondrement d'une grotte sous la glace a conduit au fait que la langue du glacier de Findel (VS) recule soudainement et se termine par un mur de glace.
Image : M. Huss

Au cours de la dernière décennie, la fonte des glaciers a été plus forte que jamais depuis le début des observations. La perte se poursuivra en 2020, mais grâce à un été un peu moins chaud, elle n'est pas tout aussi dramatique dans toute la Suisse. Début mai, il y avait de la neige sur les glaciers, ce qui correspondait à la moyenne des 10 dernières années. Cependant, les langues des glaciers ont commencé à perdre leur couverture neigeuse tôt et la fonte y a atteint des niveaux très élevés. En septembre 2020, l'épaisseur de neige la plus basse depuis le début des mesures il y a 100 ans a été mesurée au glacier d'Aletsch près du Jungfraujoch. Par rapport à 2017-2019, cependant, la situation pour la plupart des glaciers était un peu moins grave. Néanmoins, près de 2% du volume total des glaciers ont été perdus dans toute la Suisse au cours des 12 derniers mois - la tendance négative se poursuit.

Le recul du glacier change le paysage

La mesure de la quantité de neige et de fonte hivernale sur plus de 20 glaciers dans toutes les régions du pays montre des différences claires dans les pertes. Alors que les glaciers plats de basse altitude (par exemple le glacier de Tsanfleuron, VS) ont enregistré une réduction moyenne de l'épaisseur de glace de 2 mètres, les glaciers des hautes altitudes du sud du Valais et du Tessin et de l'Engadine (par exemple le Findelgletscher, Ghiacciaio del Basòdino) n'ont perdu qu'environ 0,5 mètre en épaisseur. Là, cela est dû à la présence de beaucoup de neige au début de l'hiver et à des chutes de neige en été.

Depuis 1960, les glaciers suisses ont perdu tellement d'eau que le lac de Constance pourrait en être rempli. Cela a considérablement changé le paysage dans les Alpes – les marges glaciaires se retirent et de nouveaux lacs de montagne sont créés. Certains petits glaciers ont dû être retirés du réseau de surveillance en raison de leur désintégration (par exemple, Vadret dal Corvatsch, GR). Le retrait du glacier crée également des dangers, comme l'illustre l’avalanche de glace sur le glacier du Turtmann, VS et la vidange du lac glaciaire sur la Plaine Morte, BE.

Enneigement extrêmement faible en hiver dans les zones basses

Avec de fortes chutes de neige début novembre 2019, l’enneigement en montagne a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la normale. Sur le versant Sud des Alpes, de nouveaux maximums de neige fraiche ont été partiellement enregistrés en novembre. La température pendant les mois d'hiver de décembre à février était record avec un plus de plus de 3 °C. Le printemps était aussi clairement trop chaud et caractérisé par beaucoup de soleil. Cela signifie que la plupart des précipitations sont tombées en dessous de 1 000 mètres tout au long de l'hiver sous forme de pluie - le peu de neige qui restait était au maximum pendant quelques heures ou quelques jours. Dans cette plage d'altitude, il y a donc eu l'hiver le plus enneigé depuis le début des mesures, avant les hivers 1989/90 et 2006/07. Pour la première fois, aucune nouvelle neige n'a pu être enregistrée dans les stations situées au centre de la Suisse Altdorf, Stans et Lucerne (les mesures ont commencé en 1883). Entre 1 000 et 1 700 m d'altitude les épaisseurs de neige étaient presque partout de 10 à 90 pour cent inférieures à la moyenne de 1981 à 2010. Au-dessus de 1 700 mètres, les épaisseurs de neige étaient moyennes, dans le Nord du Tessin et dans le Sud du Valais dans certains cas au-dessus de la moyenne.

Un été chaud avec quelques chutes de neige dans les Alpes

En juin, les chutes de neige ont retardé le déneigement déjà avancé dans les zones élevées. À l'exception du sud du Valais les station de mesure de neige ont été dégagés 1 à 4 semaines plus tôt que la normale. Les mois de juillet à septembre ont de nouveau été caractérisés par des températures supérieures à la moyenne. Contrairement aux deux dernières années, cependant, il y avait déjà deux fois de la neige jusqu'à 2 000 mètres en août. Fin septembre, la ligne de neige du côté Nord des Alpes descendait parfois en dessous de 1 000 mètres. Environ 20-30 cm de neige fraîche ont été enregistrés, ce qui est inhabituel pour cette période de l'année.

Le Réseau suisse de mesure des glaciers (GLAMOS) est financé par l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), l'Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse dans le cadre du GCOS Suisse, de l'Académie suisse des sciences naturelles et de swisstopo.

  • Placement d’une balise pour mesurer la fonte sur la Konkordiaplatz, Grosser Aletschgletscher (VS), directement au-dessus de la glace la plus épaisse des Alpes.
  • Une balise pour mesurer la fonte dans l'immensité du glacier d'Aletsch (VS) - en seulement trois mois d'été, plus de 5 mètres de glace ont fondu ici.
  • Mesure de la densité de la neige à environ 3300 mètres d'altitude sur le glacier de Findel (VS) en mai 2020
  • De grands ruisseaux d'eau de fonte se trouvent sur le glacier de Findel (VS) en septembre à plus de 3000 m d'altitude.
  • Travail dans une station de mesure sur le glacier de Findel (VS).
  • Sur la languette du glacier de Findel (VS), la glace a de nouveau fondu presque à hauteur de la balise.
  • Depuis des années, le glacier de Gries (VS) perd de sa masse plus rapidement que presque tous les autres glaciers de Suisse. Sa langue est devenue fine et sale, ce qui accélère encore la fonte.
  • Cours d’eau de fonte sur le Vadret Pers (GR). Les régions du sommet sont déjà d'un blanc brillant en septembre en raison de la neige fraîche.
  • Après que la fin de la série de mesures sur le glacier du Pizol (SG) a été annoncée par une commémoration l'automne dernier, le matériel de mesure a dû être dégagé des maigres restes de glace cette année.
  • Contrairement à d'autres glaciers, le glacier du Rhône (VS) avait à nouveau une partie accumulation cette année (la neige hivernale a duré tout l'été) - mais c'est beaucoup trop petit pour maintenir le glacier en équilibre.
  • Mesures à proximité du glacier du Rhône (VS).
  • Les mesures sur les restes pauvres et fortement couverts de débris du Schwarzwasserfirn (UR) ont dû être arrêtées.
  • Placement d’une balise pour mesurer la fonte sur la Konkordiaplatz, Grosser Aletschgletscher (VS), directement au-dessus de la glace la plus épaisse des Alpes.Image : M. Huss1/12
  • Une balise pour mesurer la fonte dans l'immensité du glacier d'Aletsch (VS) - en seulement trois mois d'été, plus de 5 mètres de glace ont fondu ici.Image : M. Huss2/12
  • Mesure de la densité de la neige à environ 3300 mètres d'altitude sur le glacier de Findel (VS) en mai 2020Image : M. Huss3/12
  • De grands ruisseaux d'eau de fonte se trouvent sur le glacier de Findel (VS) en septembre à plus de 3000 m d'altitude.Image : M. Huss4/12
  • Travail dans une station de mesure sur le glacier de Findel (VS).Image : M. Huss5/12
  • Sur la languette du glacier de Findel (VS), la glace a de nouveau fondu presque à hauteur de la balise.Image : A. Linsbauer6/12
  • Depuis des années, le glacier de Gries (VS) perd de sa masse plus rapidement que presque tous les autres glaciers de Suisse. Sa langue est devenue fine et sale, ce qui accélère encore la fonte.Image : M. Huss7/12
  • Cours d’eau de fonte sur le Vadret Pers (GR). Les régions du sommet sont déjà d'un blanc brillant en septembre en raison de la neige fraîche.Image : M. Huss8/12
  • Après que la fin de la série de mesures sur le glacier du Pizol (SG) a été annoncée par une commémoration l'automne dernier, le matériel de mesure a dû être dégagé des maigres restes de glace cette année.Image : M. Huss9/12
  • Contrairement à d'autres glaciers, le glacier du Rhône (VS) avait à nouveau une partie accumulation cette année (la neige hivernale a duré tout l'été) - mais c'est beaucoup trop petit pour maintenir le glacier en équilibre.Image : M. Huss10/12
  • Mesures à proximité du glacier du Rhône (VS).Image : M. Huss11/12
  • Les mesures sur les restes pauvres et fortement couverts de débris du Schwarzwasserfirn (UR) ont dû être arrêtées.Image : M. Huss12/12

Catégories

  • Glaciers
  • Neige