Comment les vaccins à vecteur fonctionnent-ils ?

Vaccins à vecteur
Image : Anne Seeger, SCNAT (CC BY 4.0)

Les vaccins à vecteur contiennent le plan de construction d’une partie du virus. Ce plan de construction est synthétisé artificiellement en éprouvette et chez les vaccins à vecteur, il est constitué d’ADN. Dans le cas de la vaccination contre la Covid-19, il comporte les instructions pour la synthèse de la protéine « Spike ». Ces protéines hérissent la surface du coronavirus, ce qui permet à notre système immunitaire de les reconnaître facilement. Dans le cas d’un vaccin à vecteur, les fragments d’ADN sont introduits dans des adénovirus modifiés, inoffensifs pour l’homme.

Après l’injection du vaccin dans le muscle, les adénovirus pénètrent dans nos cellules et transfèrent le plan de construction d’ADN dans le noyau cellulaire. Ensuite, ce sont des protéines propres à la cellule qui transcrivent l’ADN en ARNm. L’ARNm sert de matrice pour la production des protéines « Spike » par les ribosomes se trouvant à l’extérieur du noyau cellulaire. Les protéines « Spike » sont ensuite transportées vers la surface de la cellule afin d’être présentées au système immunitaire. Cela active les cellules immunitaires et entraîne la production d’anticorps contre la protéine « Spike ». Le système immunitaire possède en outre une « mémoire » qui permet de protéger la personne contre le virus en cas de nouvelle infection.

Aussi bien chez les vaccins à vecteur que chez les vaccins à ARNm, le plan de construction de la protéine « Spike » du coronavirus est introduit dans les cellules. Ils diffèrent par le type de plan de construction (de l’ADN pour les vaccins à vecteur, de l’ARNm pour les vaccins à ARNm) et par leur enveloppe (des adénovirus pour les vaccins à vecteur, une enveloppe lipidique pour les vaccins à ARNm).

Une vidéo de Swissmedic explique le fonctionnement des vaccins à vecteur.