Génie génétique vert

Le „génie génétique vert“ englobe les techniques génétiques utilisées dans la sélection végétale depuis les années 1980. Dès le milieu des années 1990, des plantes génétiquement modifiées furent cultivées et commercialisées. Mais l’utilisation de cette technologie soulève de nombreuses questions: Ces plantes sont-elles sûres? Quels pourraient être leurs avantages? Quelles réglementations sont nécessaires? Ce portail thématique offre un aperçu sur les conclusions scientifiques et les questions ouvertes.


Un choix de thèmes:

La variété de pomme populaire «Gala» devrait devenir résistante au feu bactérien et à la tavelure grâce aux avancées de la cisgenèse.

Pommes résistantes aux maladies

Réduire l'utilisation de produits phytosanitaires grâces à des variétés résistantes au feu bactérien et à la tavelure
Agroinfiltration bei Tabak. Foto: Christoph Lüthi, Forum Genforschung

Nouvelles méthodes de sélection

Les nouvelles techniques permettent des modifications très précises
Environ 90% du maïs planté aux Etats-Unis est génétiquement modifié. Les aliments génétiquement modifiés – comme les corn-flakes – font donc partie du quotidien aux Etats-Unis. Photo : wikimedia commons.

Consommation

Importation, étiquetage et contrôle d'aliments génétiquement modifiés en Suisse
agriculture champ paysage agricole

Coexistence

Coexistence entre cultures GM et conventionnelles
Une plante de coton attaquée par des ravageurs.

Développement de résistances

Un défi constant dans la protection phytosanitaire
Travail de recherche sur un champ avec du blé génétiquement modifié à Reckenholz près de Zurich dans le cadre du PNR 59.

Essais en plein champ

Indispensables pour la recherche en biologie végétale

  • Annonces

Genome editing (Source: The Broad Institute).
  • 19.10.2017
  • Annonce

Genome editing: Science, policy, and security experts call for proactive international dialogue about security - and benefits

A recent international workshop in Hanover, Germany, organised by a global collaboration of academies of science assessed the security implications of genome editing technology.
Agroinfiltration bei Tabak. Foto: Christoph Lüthi, Forum Genforschung
  • 17.10.2017
  • SCNAT
  • Annonce

La SCNAT lance un «Evidence Review Group» sur l’agrotechnique génétique

Le vendredi 1er septembre 2017, l’Académie des sciences naturelles (SCNAT) a lancé l’«Evidence Review Group» sur le thème «Risques et bénéfices de la technologie génétique dans le contexte agricole suisse». Les expert-e-s vont rassembler dans les mois à venir les preuves scientifiques sur les bénéfices et les risques du génie génétique dans l’agriculture, tous domaines confondus. Ils vont recueillir la littérature de référence la plus pertinente sur la question et, sur la base de critères convenus, procéder à des évaluations, analyses et synthèses. L’objectif est de parvenir à une compréhension commune des preuves scientifiques existantes et manquantes, clé du dialogue avec le monde politique et le grand public dans ce domaine.
Séance de réflexion "Gene Drive" (Foto: Forum Genforschung)
  • 21.09.2017
  • Annonce

Gene mit Spezialantrieb

Die Gene Drive-Technologie hat in der Tagespresse bereits für erste Schlagzeilen gesorgt – Zeit also, um diese Methode wissenschaftlich fundiert vorzustellen und zu erörtern. Daher haben das Forum Genforschung und das Forum Biodiversität der SCNAT mit Unterstützung des BAFU sechs Fachleute eingeladen, um Gene Drive aus naturwissenschaftlichem, aber auch aus regulatorischem, naturschützerischem und ethischem Blickwinkel auszuleuchten.
  • 20.09.2017
  • Annonce

Präsentationen Séance de réflexion "Gene Drive"

Die Tagung "Gene Drive – eine Technik für die Manipulation wilder Populationen" wurde am 18. September 2017 von den Foren Genforschung und Biodiversität durchgeführt.
Utilisation de produits phytosanitaires
  • 07.09.2017
  • Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR)
  • OFEV
  • Annonce

Le Conseil fédéral entend continuer à réduire les risques liés aux produits phytosanitaires

Le 6 septembre, le Conseil fédéral a adopté le plan d’action visant la réduction des risques et l’utilisation durable des produits phytosanitaires. Les risques devront être divisés par deux et les alternatives à la protection phytosanitaire chimique seront encouragées. Le Conseil fédéral fixe des objectifs clairs dans ce plan d’action, qui seront atteints en développant les mesures existantes et en introduisant de nouvelles. Le plan d’action permet à l’agriculture suisse de se positionner dans la production durable de denrées alimentaires.
Lac de montagne et glacier
  • 05.09.2017
  • SDA
  • Annonce

90% des étangs de Suisse ont disparu en deux siècles

La Suisse ne compte plus qu'un dixième des étangs qui s'y trouvaient encore à la fin du 18e siècle. Pour la biodiversité et la protection contre les crues, c'est critique, a averti le biologiste genevois Beat Oertli mardi lors d'une journée d’information de l’Eawag.

A propos du portail

Ce portail thématique est un produit du Forum Recherche génétique de l’Académie suisse des sciences naturelles.

  • Activités
  • Annonces
  • Publications

Factsheet «Nouvelles techniques de sélection végétale pour l’agriculture suisse – gros potentiel, avenir ouvert
  • 2016

Nouvelles techniques de sélection végétale pour l’agriculture suisse – gros potentiel, avenir ouvert

Des nouvelles techniques permettent de modifier très précisément le patrimoine génétique des plantes. Dans la plupart des cas, ces modifications pourraient aussi se produire dans des conditions naturelles et aucun ADN étranger ne subsiste dans la plante. Ces techniques élargissent de manière déterminante les possibilités de sélection végétale et facilitent ainsi le chemin vers une agriculture suisse plus respectueuse de l’environnement, plus économique et, finalement, plus durable. Sachant que des premières variétés résultant de ces techniques innovantes existent d’ores et déjà, et que de nouvelles vont suivre sous peu, il est indispensable de clarifier si les plantes produites à l’aide de ces nouvelles techniques de sélection sont réglementées ou pas par la loi sur le génie génétique. Du point de vue des sciences naturelles, aucune raison ne justifie une réglementation sévère des plantes sélectionnées avec ces méthodes.
Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l'agriculture suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour l’agriculture suisse

L’agriculture suisse doit produire davantage, et ceci, en maintenant l’excellence de la qualité et en réduisant la pollution de l’environnement. Pour atteindre ces objectifs de la politique agricole, l’usage de nouvelles méthodes et technologies agricoles est important. La sélection et la culture de plantes génétiquement modifiées pourraient concourir à l’atteinte de ce but. Actuellement, leur utilisation dans la recherche et la production alimentaire est entravée par les prescriptions légales.
Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse (2013, Académies suisses des sciences)
  • 2013

Les plantes cultivées génétiquement modifiées et leur importance pour une agriculture durable en Suisse

Certaines plantes génétiquement modifiées (PGMs) pourraient contribuer à une agriculture rentable et respectueuse de l’environnement en Suisse. C’est ce que démontrent les Académies suisses des sciences dans le présent rapport. Il rejoint les mêmes conclusions qu’un programme de recherche du Fonds national suisse (PNR 59) qui montre que la culture des PGM n’est pas source de risques environnementaux autres que ceux qui existent également pour les plantes sélectionnées de manière conventionnelle. Dans la sélection conventionnelle, des plantes sélectionnées sont croisées les unes avec les autres – et leur ADN est de ce fait mélangé – aussi longtemps que nécessaire pour que la combinaison de caractéristiques souhaitées soit atteinte. Avec des méthodes de génie génétique au contraire, des séquences de l’ADN végétal sont modifiées de manière ciblée, et de l’ADN indigène ou étranger est directement introduit dans le génome.