• 15.10.2019
  • Communiqué de presse
  • Commission d'experts réseau de mesures cryosphère

Moins dix pour cent de volume glaciaire en cinq ans

Sur la langue du Findelengletscher, 8 mètres de glace ont fondu l'an dernier, comme en témoigne la hauteur de la balise pour mesurer le bilan de masse.
Image: Matthias Huss
×
Sur la langue du Findelengletscher, 8 mètres de glace ont fondu l'an dernier, comme en témoigne la hauteur de la balise pour mesurer le bilan de masse.
Sur la langue du Findelengletscher, 8 mètres de glace ont fondu l'an dernier, comme en témoigne la hauteur de la balise pour mesurer le bilan de masse. (Image: Matthias Huss)

A la suite de plusieurs vagues de chaleur durant l’été 2019, la fonte des glaciers a atteint des niveaux records. Encore une autre année de fortes pertes en volume de glace, annonce la Commission d'experts sur les réseaux de mesure cryosphérique de l'Académie des sciences naturelles. Cela signifie que les glaciers suisses ont diminué de 10 pour cent en cinq ans seulement.

La fonte considérable des glaciers qui dure maintenant depuis plusieurs années se poursuit. En 2019, les glaciers ont également fondu beaucoup plus qu'ils n'ont pu croître dans la neige, comme le montre la mesure du bilan de masse sur 20 glaciers suisses. Toutefois, la situation est moins dramatique qu'au cours des deux dernières années. En avril et mai, il y avait 20 à 40 pour cent de neige supplémentaire sur les glaciers par rapport à d'habitude. Début juin, six mètres étaient encore mesurés par endroits. Comme la fonte a commencé relativement tard, il y avait encore de l'espoir pour une année avec de faibles pertes de volume des glaciers jusqu'à l'arrivée de la première vague de chaleur estivale. Cependant, durant les deux intenses vagues de chaleur d'une semaine fin juin et fin juillet, les masses de neige et de glace correspondant à la consommation nationale annuelle d'eau potable ont fondu sur les glaciers suisses en seulement quinze jours. L'épaisse couche de neige a été rapidement enlevée et la forte fonte s'est poursuivie jusqu'au début du mois de septembre. Au cours des douze derniers mois, environ deux pour cent du volume total des glaciers suisses ont été perdus. Sur les cinq dernières années, le total a dépassé 10 % - une telle perte n'a jamais été observée dans les séries de données depuis plus de cent ans.

Plus de 500 petits glaciers ont déjà disparu

Le bilan de masse des glaciers en 2019 est marqué par des différences régionales. A l'est et au nord des Alpes, les pertes ont été plus importantes que la moyenne de la dernière décennie. Sur de nombreux glaciers, on a mesuré une réduction de l'épaisseur moyenne de la glace de un à deux mètres (p. ex. Silvretta, Tsanfleuron). Dans la région méridionale du Gothard, cependant, les conditions ont été plus favorables en raison des fortes chutes de neige au début et à la fin de l'hiver ; certains glaciers ont enregistré des pertes relativement faibles (p. ex. St. Annafirn, Basòdino). La désintégration des petits glaciers se poursuit : plus de 500 glaciers, la plupart sans nom, ont déjà disparu depuis 1900 environ. Avec le glacier du Pizol, l'un des premiers glaciers avec de longues séries de données a dû être supprimé du réseau de mesure.

A l'est, quantité de neige record en hiver

L'hiver 2018/19 a été caractérisé dans toute la Suisse par un mois de janvier très froid avec de fortes précipitations, en particulier sur le versant nord des Alpes. De grandes quantités de neige sont tombées, surtout à l'est. Du Liechtenstein à Davos en passant par le Prättigau et Davos, on a enregistré le total le plus élevé de neige nouvelle ou le deuxième plus élevé jamais mesuré en dix jours consécutifs : deux à trois mètres. Dans les Grisons, à la mi-janvier, on a mesuré plus de neige à de nombreux endroits comme jamais auparavant à cette époque de l’année. Fin février, l'épaisseur de neige n'était supérieure à la moyenne que sur la crête principale des Alpes et à l'est, mais nettement inférieure à la moyenne sur le versant sud des Alpes. Dans l'ensemble, le semestre d'hiver 2018/19 (novembre-avril) a été très enneigé. En raison de fortes chutes de neige en décembre et avril, l'épaisseur de neige à moyenne et haute altitude le long de la crête principale des Alpes, en Valais, sur le versant est du nord des Alpes et dans les Grisons était supérieure à la moyenne, voire nettement supérieure à la moyenne.

Un début d'été frais

Le mois de mai a été beaucoup plus frais que d'habitude dans toutes les régions du pays. Selon MétéoSuisse, le mois de mai a été le plus froid depuis 1991, avec des chutes de neige occasionnelles jusqu'en plaine, tandis que l'épaisseur de la neige continuait à augmenter dans les hautes montagnes. En plus des quantités déjà importantes de neige hivernale, l'épaisseur de la neige en haute altitude atteignait deux à trois fois la moyenne sur le long terme à la fin mai. Ces masses de neige ont fondu extrêmement vite au cours du deuxième mois de juin le plus chaud depuis le début de la mesure et d'un mois de juillet également très chaud, de sorte que, dans de nombreux endroits, le déneigement n'a eu lieu que peu de temps après les périodes habituelles. L'été 2019 (juin-août) a été le troisième été le plus chaud depuis le début des mesures, mais contrairement à l'été chaud de 2018, les précipitations ont été suffisantes dans la plupart des régions en 2019. En raison de la grande chaleur, les chutes de neige estivales n'ont été enregistrées qu'au-dessus de 3000 mètres. Durant la première quinzaine de septembre, en revanche, de la neige est tombée en partie en dessous de 2000 mètres.

Tags

  • Thèmes
    • Climat (479)
    • Changement climatique (407)
    • Recherche (335)
    • Science (214)
    • Énergie (201)
    • Plus de résultats
  • Organisations
    • CHIPP (116)
    • Académie suisse des sciences naturelles (104)
    • OFEV (93)
    • Forum Recherche génétique (91)
    • ProClim (78)
    • Plus de résultats
Expéditeur

Commission d'experts réseau de mesures cryosphère

Contact

Dr. Matthias Huss
Université de Fribourg
Unité de Géographie
Chemin du Musée 4
1700 Fribourg


+41 79 752 72 62
E-mail

Vue sur le Cervin depuis le Nord-Est (Modèle numérique de terrain et ortho)

Neige, glaciers, pergélisol

En Suisse, il existe de nombreuses séries d’observation de l’évolution de la neige, des glaciers et du pergélisol uniques dans les Alpes. La commission d’experts de la cryosphère (CEC) est en charge de ces mesures et a pour tâche principale la documentation des changements de la cryosphère alpine sur le long terme. Ce portail présente une sélection de séries d’observation dans le domaine de la neige, des glaciers et du pergélisol et en explique les implications.