Publication des bases pour améliorer la protection contre les crues extrêmes de l’Aar

L’étude « Crues extrêmes de l’Aar » fournit la base pour évaluer le danger en cas de crues, même lors d’événements très rares. Des analyses de danger détaillées ont été menées pour cinq sites, dont ceux des centrales nucléaires de Mühleberg, de Gösgen et de Beznau. Les autorités et les exploitants d’installations disposent ainsi d’une base fondée pour mieux protéger les infrastructures critiques contre les crues extrêmes.

Aare bei Selhofen

Avec l’étude « Crues extrêmes de l’Aar », coordonnée par l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), des données sur le danger potentiel pour des crues jusqu’à une période de retour de 100 000 ans sont disponibles pour le bassin versant. À 50 emplacements, les courbes de précipitations et de débits sont disponibles, heure par heure, sur une période de presque 300 000 ans. Il en ressort qu’un épisode de précipitations extrêmement rare (d’une période de retour de 100 000 ans) pourrait gonfler les débits à plus de 7000 m3/s avant la confluence de l’Aar et du Rhin, soit 12 fois le débit moyen.

L’étude a pris en compte divers facteurs susceptibles d’influencer le débit de l’Aar, notamment les glissements de terrain, les embâcles au niveau de ponts provoqués par du bois flottant, l’érosion des berges, la défaillance de digues ou encore une erreur humaine dans la régulation des ouvrages d’accumulation. Pour ce faire, on a recouru à des évaluations, des calculs et des simulations des processus naturels et des défaillances techniques des ouvrages, en chiffrant les incertitudes dans la mesure du possible.

Des analyses locales de danger potentiel ont été établies pour les centrales nucléaires de Mühleberg, de Gösgen et de Beznau, le site de l’Institut Paul Scherrer (PSI) à Villigen et le centre de stockage intermédiaire pour déchets radioactifs, ainsi que la ville d’Olten, carrefour d’importantes infrastructures de transports.

Le bassin versant de l’Aar représente 43 % du territoire suisse et comprend certaines des régions urbaines les plus densément peuplées du pays. Outre les cinq sites étudiés, il compte 19 barrages ainsi que des infrastructures de transport nationales. Les nouvelles connaissances acquises sur le danger potentiel de crues extrêmes fournissent une base importante pour l’analyse des risques de ces installations.

Catégories

  • Crue
  • Hydrologie
  • Hydrologie, limnologie, glaciologie
  • Écoulement
  • Énergie hydraulique
  • Événements extrêmes