Communication scientifique en Suisse: état des lieux et recommandations

La communication scientifique et le dialogue entre le public et la science se sont révélés d’importance cruciale à maintes reprises ces dernières années, notamment lors de la pandémie de COVID-19. Un groupe d’expert·e·s créé par les Académies suisses des sciences a publié son premier rapport d’évaluation approfondie en matière de communication scientifique en Suisse. L’étude met en évidence les aspects positifs de la situation en Suisse, comme le solide soutien du public envers la science et le large éventail de supports disponibles pour le dialogue entre la science et la société. Toutefois, elle permet également d’identifier des défis, notamment le manque de soutien apporté aux scientifiques qui communiquent avec le public, la dégradation du journalisme scientifique ou la diffusion de désinformations et de fake news sur les réseaux sociaux.

Science in the Swiss Public
Image : a+

«Les recommandations de notre groupe sont fondées sur un examen approfondi et complet des études disponibles sur la communication scientifique en Suisse», indique Mike S. Schäfer, professeur à l’Université de Zurich et porte-parole du groupe d’expert·e·s. «Elles soulignent, par exemple, que la communication scientifique devrait être reconnue comme faisant partie de la science et être valorisée en conséquence. Elles précisent également que la communication scientifique ne devrait pas être une communication à sens unique, mais au contraire un dialogue, et que les scientifiques devraient essayer de comprendre les perspectives du public.» Par ailleurs, les recommandations du groupe indiquent que la communication entre la science et la politique devrait devenir plus régulière, que le journalisme scientifique doit être renforcé et que davantage de recherches sur la communication scientifique sont nécessaires.

La situation en Suisse est positive

«Des études démontrent par exemple que la population suisse perçoit la science de manière positive et que la confiance accordée à celle-ci est largement répandue», affirme L. Suzanne Suggs, professeure de marketing social à l’Université de la Suisse italienne et porte-parole adjointe du groupe d’expert·e·s. «Dans notre pays, de nombreux·euses scientifiques attachent de l’importance à la communication scientifique et sont prêts àengager le dialogue avec le public.» Gian-Andri Casutt, chef de la communication au sein du Conseil des EPF et porte-parole adjoint du groupe d’expert·e·s, ajoute: «Le rapport indique également que les organisations scientifiques et les établissements d’enseignement supérieur ont persévéré dans leurs efforts en matière de communication avec le public et qu’un large éventail de supports de communication scientifique est à la disposition du public (musées, centres scientifiques, cafés scientifiques, conférences publiques, médias et réseaux sociaux).»

Des améliorations sont nécessaires

«Les recherches démontrent qu’une part certes petite mais non négligeable de la population suisse éprouve de la méfiance à l’égard de la science», déclare M. Schäfer, «et nous ne devrions pas l’ignorer». Le rapport indique également que de nombreux scientifiques s’abstiennent de communiquer avec le public par manque de formation et parce qu’ils ou elles ne se sentent pas soutenus par le système scientifique, notamment dans les situations de crise. Il met en évidence le fait que le journalisme scientifique suisse est confronté à des défis importants et que de nombreux journalistes scientifiques travaillent dans des conditions difficiles. Le rapport montre également que les plateformes numériques sont devenues d’importantes sources d’information sur la science, en particulier pour les jeunes, mais qu’elles peuvent ouvrir la voie aux fake news et à la désinformation.


Méthode:
le rapport est basé sur un examen approfondi des études interdisciplinaires disponibles analysant la communication scientifique et le dialogue entre le public et la science en Suisse. Lorsque peu de travaux académiques publiés sont disponibles ou qu’il n’y en a pas, le rapport inclut également, de manière sélective, les données originales et internationales ainsi que les analyses secondaires. Avant la publication, une premièreversion du rapport a fait l’objet d’une évaluation externe par le biais d’un examen public des chapitres déjà disponibles dans le recueil « Open Science Framework ». Une deuxième version du rapport a été envoyée pour révision à quatre expert·e·s de renommée internationale possédant une expérience dans la communication scientifique et le dialogue entre le public et la science et connaissant bien le contexte suisse.

Mandat du groupe d’expert·e·s: le groupe est composé de 16 expert·e·s représentant différentes disciplines scientifiques, différentes organisations académiques et scientifiques ainsi que toutes les régions linguistiques de Suisse. Il comprend des sociologues qui effectuent des recherches sur la communication scientifique, des informaticien·ne·s, des scientifiques issu·e·s de disciplines connues du public comme la science du climat, ainsi que des spécialistes de la communication scientifique et des journalistes scientifiques.

Catégories

Contact

Elisabeth Alfs-Lapraz
Académies suisses des sciences
Maison des Académies
Case postale
3001 Berne

+41 31 306 92 20
E-mail