Physique des particules

La physique des particules explore les briques élémentaires de la matière et leurs interactions, qui déterminent la structure et les propriétés de la matière dans l'univers, dans son extrême diversité. Elle vise à expliquer ce qui tient le monde ensemble dans ses constituants les plus fondamentaux.

Collision proton-proton (LHC, CERN)
×
Collision proton-proton (LHC, CERN)
Collision proton-proton (LHC, CERN)

La physique moderne repose sur un élégant « Modèle Standard de la physique des particules », une théorie quantique des champs basée sur trois symétries et une brisure de symétrie. Cette théorie décrit et explique magnifiquement tous les résultats expérimentaux obtenus jusqu'à présent. Avec la découverte de la particule de Higgs en 2012 au "Large Hadron Collider" du CERN, la dernière pièce manquante du Modèle Standard a été confirmée expérimentalement. Les expériences au CERN et dans d'autres laboratoires internationaux continuent maintenant à sonder la validité et les limites du Modèle Standard dans des domaines toujours plus vaste. Cependant, pour une compréhension globale des lois de la nature une théorie au-delà du Modèle Standard est nécessaire, qui devrait inclure la gravitation et expliquer la présence de la matière noire et de l'énergie sombre dans l'univers.

  • Activités
  • Annonces
  • Publications

ETH graduate student Michal Rawlik with the small ‘prototype cage’, which serves to neutralize the magnetic fields in its interior. Photo: B. Vogel
  • 10.11.2017
  • CHIPP
  • Annonce
  • Communiqué de presse

A Touch of Magnetism

This fall at the Paul Scherrer Institute, the construction of a new particle physics experiment will begin to determine the electric dipole of the neutron. It will replace a previous experiment, which has performed the so far most sensitive measurement in recent years and for which data evaluation is still ongoing. The new experiment, co-developed by ETH Ph.D. student Michał Rawlik, can detect almost inconceivably small features of magnetism. A successful outcome of the experiment would help explain why there is so much more matter in the universe than antimatter.
Scène du film 'Particle Fever' : Fabiola Gianotti (ancienne porte-parole de l'expérience ATLAS au CERN) en discussion avec un collègue physicien.
  • 18.10.2017
  • SDA
  • Communiqué de presse

Physique des particules: CERN: mesure plus précise pour l'antiproton que pour le proton

La collaboration BASE au CERN publie dans la revue Nature une nouvelle mesure du moment magnétique de l'antiproton, plus précise que celle obtenue pour le proton. C'est probablement la première fois que des physiciens réalisent une mesure plus précise pour l'antimatière que pour la matière, selon les chercheurs.
Blicke ins BASE-Experiment am CERN. Foto: BASE Collaboration
  • 18.10.2017
  • CHIPP
  • Annonce

An Unimaginably Sharp Image of Antiprotons

Researchers of the Baryon-Antibaryon-Symmetry experiment (BASE) at CERN have achieved a remarkable success: They have determined the magnetic moment of the antiproton with a previously unattained accuracy. The measurement is more precise than the best measurement for the magnetic moment of the proton.

Les physiciens des particules suisses en dialogue avec la société

Les physiciens des particules suisses veulent rendre leur fascinante recherche compréhensible pour le public intéressé et débattre de sa signification pour notre société avec des représentants d'autres domaines.