• 29.07.2020
  • Annonce
  • Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse

Juin le plus chaud au niveau mondial, à égalité avec juin 2019

Global wärmster Juni, gleichauf mit Juni 2019
×
Global wärmster Juni, gleichauf mit Juni 2019
Global wärmster Juni, gleichauf mit Juni 2019

Selon les données du service européen Copernicus, les températures en juin 2020 ont été supérieures de 0,53 °C à la moyenne de la période 1981-2010, ce qui fait de ce mois juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, à égalité avec juin 2019. La Sibérie orientale a enregistré des températures largement au-dessus de la moyenne. En Europe, les températures ont été nettement supérieures à la moyenne dans le nord, mais inférieures à la moyenne dans le sud. L’ensemble de l’Europe a connu son deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1979.

Une Europe coupée en deux : anomalie chaude au nord, anomalie fraîche au sud

Les réanalyses ERA5 effectuées par le Centre Européen pour les Prévisions Météorologiques à Moyen terme (ECMWF) dans le cadre du Programme Copernicus permettent d'établir un bilan pour le mois de juin. En utilisant une grande variété de mesures météorologiques du monde entier, les réanalyses offrent une reconstruction de la température au niveau du sol pour le monde entier depuis 1979 et il est donc possible de comparer tous les mois de juin depuis cette année-là.

En juin 2020, les températures en Europe se sont considérablement écartées de la moyenne de 1981 à 2010, avec un schéma largement opposé à celui de mai, associé à un changement de la circulation atmosphérique dominante. Les températures ont été bien supérieures à la moyenne en Scandinavie et dans une grande partie de l'Europe orientale, sous l'influence de conditions anticycloniques. La Norvège a connu son deuxième mois de juin le plus chaud, selon des données datant de 1900. La Suède a enregistré l'une de ses températures de juin les plus élevées depuis le début des relevés dans les années 1889, tandis que Helsinki et d'autres endroits en Finlande ont enregistré leur mois de juin le plus chaud depuis 1961.

En direction du sud de l’Europe, les températures ont été proches ou un peu en dessous de la moyenne. Il a également fait plus frais que la normale dans l'est de la Russie européenne et en Sibérie occidentale, contrairement aux conditions relativement douces qui y ont prévalu pendant une grande partie de l'hiver et du printemps derniers.

Importante anomalie chaude en Sibérie orientale

En dehors de l'Europe, les températures ont le plus dévié de la moyenne de juin 1981-2010 dans une bande couvrant presque toute la masse terrestre de l'Arctique sibérien, où elles ont été les plus chaudes jamais enregistrées en juin, à la fois en moyenne sur la région et en termes d'extrêmes. Par exemple, à Verkhoïansk en Sibérie orientale, ville située au-delà du cercle polaire, la température a dépassé les 30 °C pendant 11 jours consécutifs avec une valeur maximale de 38 °C mesurée le 20 juin. Cette valeur pourrait être la plus élevée jamais mesurée dans l’Arctique et l’OMM est en train d’évaluer cette information.

Anomalie chaude aux Etats-Unis, anomalie froide sur le nord de l’Inde

Ailleurs, l'Antarctique a présenté une variabilité géographique hivernale caractéristique, avec des températures nettement supérieures ou inférieures à la moyenne. Les températures ont principalement été supérieures à la moyenne, en particulier dans le centre des Etats-Unis et le sud du Canada, dans le nord-est du Canada et dans la plupart des pays d'Afrique, du Moyen-Orient, de la Chine, de l'Amérique du Sud et de l'Australie. Le nord de l'Inde a connu des températures nettement inférieures à la moyenne.

Début d’un événement La Niña sur le Pacifique équatorial

Les températures au-dessus de la mer ont été un peu en dessous de la moyenne dans plusieurs régions. En dehors de la glace de mer de l'Antarctique, les températures ont été inférieures à la moyenne le long du Pacifique équatorial oriental, où un épisode La Niña, qui était encore faible en mai, a continué à se développer. Néanmoins, les températures au-dessus de la mer ont généralement été plus chaudes que la moyenne de la période 1981-2010.

Juin 2020 en résumé

En juin 2020, les températures mondiales ont été bien supérieures à la moyenne. L'ensemble du mois a été :

  • 0,53 °C plus chaud que la moyenne pour un mois de juin de la période 1981-2010 ;
  • moins de 0,01 °C plus frais qu'en juin 2019, le mois de juin le plus chaud de ce relevé de données ;
  • 0,1°C plus chaud qu'en juin 2016, le troisième mois de juin le plus chaud.

Les anomalies de température moyennes européennes sont généralement plus importantes et plus variables que les anomalies mondiales. La température moyenne européenne pour juin 2020 a été 1,3°C supérieure à la moyenne de la période1981-2010. Le mois de juin le plus chaud a eu lieu en 2019, avec une température supérieure de 2,3 °C à la moyenne européenne. La température de juin 2020 correspond à celle de juin 1999 ; ces deux mois sont à égalité les deuxièmes plus chauds.

Suisse : un mois de juin dans la norme

La Suisse s’est située entre l’Europe du nord plus chaude et l’Europe du sud plus fraîche que la moyenne. Ainsi, la température en Suisse a été plus ou moins conforme à la norme 1981-2010 avec un écart entre -0,7 °C et +0,5 °C selon les régions. Un léger déficit thermique a surtout été constaté dans la vallée du Rhin, ainsi que sur le Chablais. En moyenne nationale, la température en juin a été exactement conforme à la norme 1981-2010.

  • Thèmes
    • Climat (462)
    • Changement climatique (360)
    • Recherche (332)
    • Science (229)
    • Physique (195)
    • Plus de résultats
  • Organisations
    • CHIPP (126)
    • Académie suisse des sciences naturelles (118)
    • OFEV (101)
    • Forum Recherche génétique (91)
    • ProClim (75)
    • Plus de résultats
Expéditeur

Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse

Téléchargements/Liens