• 19.05.2020
  • Annonce
  • Académie suisse des sciences naturelles

Oliver Müller – Les galaxies naines ne sont finalement pas si chaotiques

Oliver Müller, Prix Schläfli 2020
Image: Eva Schnider
×
Oliver Müller, Prix Schläfli 2020
Oliver Müller, Prix Schläfli 2020 (Image: Eva Schnider)

Avec sa thèse, le chercheur a défié le modèle standard de la cosmologie: il a pu montrer que les galaxies naines ne sont pas toujours en mouvements chaotiques, mais peuvent également orbiter autour de l’axe principal de leur galaxie centrale. Pour cela, Oliver Müller reçoit le Prix Schläfli en astronomie.

On peut facilement l’imaginer comme un homme éternellement étonné. Un type d’artiste aux cheveux longs fasciné par le ciel, plongé dans la vue de l’univers. En fait, Oliver Müller a eu une sorte d’expérience révélatrice qui l’a conduit à l’astronomie lors de sa visite à l’observatoire de Metzerlen-Mariastein: «Enfant de la ville, je ne connaissais pas le ciel nocturne. Cela m’a fasciné.»

Il est devenu de plus en plus impliqué dans le monde des étoiles, en particulier les galaxies naines. Les galaxies naines sont d’une importance particulière pour la science, car c’est là que la matière noire peut le mieux être observée indirectement. La matière noire représente près de 80% de la matière dans l’univers et est considérée comme la force motrice de la formation des structures, et donc de la formation des galaxies et de leur environnement. Le modèle cosmologique standard suppose que les galaxies naines se déplacent dans des mouvements chaotiques et aléatoires autour de leur galaxie centrale. Cependant, les chercheur·e·s observent depuis un certain temps que la galaxie naine autour de la Voie lactée ne se conforme pas à cette hypothèse. «Pendant longtemps, cela a été considéré comme une curiosité dans notre système galactique», explique Müller. L’idée qu’il pourrait y avoir plus d’ «anomalies» là-bas ne l’a pas lâché. Et voilà: 14 des 16 galaxies naines connues dans notre groupe de galaxies voisines Centaurus A ont montré le même schéma de mouvement symétrique.

Mais ce n’était que la moitié de la découverte: Müller a mis sur pied une équipe de recherche à l’université de Bâle pour déterminer la signification statistique de ces mouvements ordonnés. Les résultats ont fait la une de «Science» et ont suscité un énorme écho tant dans le monde professionnel que public. «Pour le moment, nos résultats sont encore académiques», explique Müller. «Mais il y a 200 ans, la découverte de l’électricité n’était aussi qu’académique.» Ses découvertes pourraient finalement conduire à repenser le modèle cosmologique standard.

Celles et ceux qui mènent une telle révolution devraient s’attendre à recevoir une reconnaissance comme le Prix Schläfli. Mais Oliver Müller n’en revient pas : «Pour être honnête, je ne peux pas y croire. C’est vraiment surréaliste», dit-il. Cela peut être dû au fait que le jeune homme de 30 ans n’était pas un bon élève, ni un élève particulièrement assidu, comme il le souligne. «Le Prix me montre que vous n’avez pas besoin d’être un génie pour réussir, mais que c’est aussi la volonté et la joie qui comptent», dit-il, lui qui a été le premier de la famille à poursuivre une carrière universitaire.

Müller effectue actuellement des recherches avec une subvention du Fonds national suisse à l’Observatoire de l’Université de Strasbourg. Généralement, il rend également visite à sa petite amie à Bâle une fois par semaine, où il enseigne le combat à l’épée japonaise. Lors de son dernier voyage, il s’est involontairement retrouvé coincé au bord du Rhin: c’était la veille du confinement - après quoi il n’a plus pu rentrer en France. Heureusement, il peut aussi cultiver certains de ses hobbies pendant cette quarantaine forcée: jouer de la guitare électrique et écrire - notamment pour son blog au Spektrum der Wissenschaft «Prosa der Astronomie». Là, il amène les connaissances scientifiques à public plus large: un idéaliste passionné qui ouvre également la vue de l’univers aux autres.

Astrid Tomczak-Plewka

One of the dwarf galaxies which is orbiting around our Milky Way galaxy as part of a planar structure.
One of the dwarf galaxies which is orbiting around our Milky Way galaxy as part of a planar structure. (Image: ESO/Digitized Sky Survey 2)
×
One of the dwarf galaxies which is orbiting around our Milky Way galaxy as part of a planar structure.
One of the dwarf galaxies which is orbiting around our Milky Way galaxy as part of a planar structure. (Image: ESO/Digitized Sky Survey 2)

  • Associations

Winners of the Prix Schläfli 2020
  • 19.05.2020
  • Académie suisse des sciences naturelles
  • Communiqué de presse

Prix Schläfli 2020 pour les quatre meilleures thèses de doctorat en sciences naturelles

Les orbites des galaxies naines, les forces dans des matériaux comme le téflon, l’histoire à travers le pollen, une nouvelle couche protectrice à l’extrémité des racines – l’Académie des sciences naturelles (SCNAT) a décerné le Prix Schläfli 2020 aux quatre plus importantes découvertes de jeunes chercheur·e·s des universités suisses. Alice Berhin (biologie), Oliver Müller (astronomie), Robert Pollice (chimie) et Fabian Rey (sciences de la terre) reçoivent le Prix pour les connaissances acquises dans le cadre de leur thèse. Quatre des candidat·e·s au Prix Schläfli ont également été choisi·e·s pour participer en tant que jeunes scientifiques à la prestigieuse 70e rencontre de Lindau des lauréat·e·s du Prix Nobel.
Expéditeur

Académie suisse des sciences naturelles