• 19.05.2020
  • Annonce
  • Académie suisse des sciences naturelles

Robert Pollice – Ce qui unit le monde

Robert Pollice, Prix Schläfli 2020
×
Robert Pollice, Prix Schläfli 2020
Robert Pollice, Prix Schläfli 2020

A l’adolescence déjà, il a remporté des médailles aux Olympiades internationales de chimie. Un autre Prix l’accompagne désormais : le Prix Schläfli en chimie. Robert Pollice l’a reçu pour ses recherches sur les propriétés des matériaux qui sont d’une grande importance, par exemple, en nanomédecine.

Lorsque vous parlez à Robert Pollice, vous repensez inévitablement à «Faust» de Goethe: sa thèse de doctorat portait sur l’exploration de «ce qui maintient le monde ensemble», explique le jeune chimiste. Cela peut sembler pompeux, mais ce n’est pas exagéré. Pollice a examiné de plus près les soi-disant forces de London pour sa thèse. Celles-ci sont omniprésentes. Avec de grosses molécules en particulier, elles s’assurent qu’elles adhèrent entre elles et forment des matériaux stables. «En principe, nous voulions savoir comment augmenter ces forces», a déclaré Pollice. Il s’est concentré sur l’étude des interactions fondamentales dans les perfluoroalcanes et le rôle que les forces de London y jouent. L’un des perfluoroalcanes les plus courants est le téflon, qui est utilisé dans les poêles à frire antiadhésives. Malgré les risques pour la santé et un mauvais équilibre environnemental, les perfluoroalcanes sont répandus en raison du manque d’alternatives. «Nos résultats sont la première étape dans le développement de nouveaux matériaux avec des propriétés similaires, mais sans les effets secondaires négatifs», explique Pollice. Il voit également des applications possibles en médecine, par exemple dans les nanocapsules.

Pollice et ses deux frères aînés ont grandi dans une famille d’enseignants en Basse-Autriche. Il s’est toujours intéressé aux mathématiques et aux sciences. Mais c’est grâce à son professeur qu’il s’est retrouvé en chimie. Cela l’a motivé à participer aux Jeux olympiques de chimie. En 2009 et 2010, il a représenté la République alpine dans l’édition internationale, où il s’est classé parmi les 15 meilleurs. «Ce fut une très bonne expérience», explique le chercheur de 28 ans. Il a donc décidé d’étudier la chimie à l’Université de technologie de Vienne. Il a été diplômé avec distinction et avait de nombreuses options pour son doctorat. Il a choisi l’ETH, notamment en raison de la bonne réputation et de l’équipement de l’université. «Mais le plus important pour moi a été d’apprendre beaucoup de nouvelles choses - et c’est ce qui m’a paru être le plus important à Zurich.»

Même si certains succès ont accompagné sa carrière jusqu’à présent, le Prix Schläfli signifie «beaucoup» pour lui, souligne-t-il. «C’est le meilleur Prix jusqu’à présent.» Le chimiste, qui est actuellement à la recherche de matériaux organiques pour les écrans LED à Toronto, attend avec grande impatience la tournée de conférences et les adieux de son professeur - si la pandémie du coronavirus le permet. «Communiquer la science à un public plus large est quelque chose de vraiment important», dit-il. Dans le passé, la science avait peu réfléchi à la manière d’atteindre les gens. «Mais la crise sanitaire montre que si les expert·e·s peuvent simplement expliquer les mesures nécessaires, alors cela fonctionne.» C’est pourquoi la pandémie représente également une opportunité pour la science. Mais bien sûr, Robert Pollice espère aussi que tout cela soit bientôt fini. Le supporter du Real Madrid a hâte de pouvoir suivre à nouveau les matchs de football et de nager.

Pollice voit définitivement son avenir dans la science: «Après avoir terminé mon post-doctorat à Toronto, j’aimerais poursuivre mes recherches dans une université en Amérique du Nord ou en Europe.» L’échec ne devrait pas concerner son domaine de recherche: ce qui tient le monde en son cœur, ce sont des forces qui opèrent partout.

Astrid Tomczak-Plewka

  • Associations

Winners of the Prix Schläfli 2020
  • 19.05.2020
  • Académie suisse des sciences naturelles
  • Communiqué de presse

Prix Schläfli 2020 pour les quatre meilleures thèses de doctorat en sciences naturelles

Les orbites des galaxies naines, les forces dans des matériaux comme le téflon, l’histoire à travers le pollen, une nouvelle couche protectrice à l’extrémité des racines – l’Académie des sciences naturelles (SCNAT) a décerné le Prix Schläfli 2020 aux quatre plus importantes découvertes de jeunes chercheur·e·s des universités suisses. Alice Berhin (biologie), Oliver Müller (astronomie), Robert Pollice (chimie) et Fabian Rey (sciences de la terre) reçoivent le Prix pour les connaissances acquises dans le cadre de leur thèse. Quatre des candidat·e·s au Prix Schläfli ont également été choisi·e·s pour participer en tant que jeunes scientifiques à la prestigieuse 70e rencontre de Lindau des lauréat·e·s du Prix Nobel.

Tags

Expéditeur

Académie suisse des sciences naturelles